En Février, jeux, crêpes et langue des signes !

Pour fêter les vacances, EcoLIBRIS avait concocté un bel après-midi jeux et crêpes et il y avait le choix en jeux… Et en gourmandises !
img_20170218_155641img_20170218_155507Le mercredi 22, notre rencontre publique fut un excellent moment, encore meilleur que d’habitude ! Depuis Tatoujuste, nous travaillions à pouvoir accueillir des membres de la communauté sourdre intéressés par la projet, avec leurs interprètes de langue des signes et nous avons enfin pu réaliser cette rencontre à cette occasion.
En plus du grand plaisir d’ouvrir et d’enrichir encore EcoLIBRIS, nous avons récolté un beau compliment de la part des interprètes et je ne résiste pas à la fierté de le partager ici :

 » les conditions de partage de la parole, d’écoute bienveillante, nous ont apporté un vrai confort de traduction, dont nous manquons trop souvent. » ;-))

Le début d’un partenariat durable, nous l’espérons !

Brunch et ateliers du 22 janvier

Ce fut une belle journée qui nous a réunis salle Méhul ! Nous étions une vingtaine à partager les spécialités culinaires de chacun dans la joie des échanges et de faire connaissance, malgré la neige.

A partir de 13h30, une douzaine d’autres personnes sont arrivées en vue des ateliers. Les enfants ont découvert les langages chacals et girafes

Jeu chacal & girafe
Jeu chacal & girafe

pendant que leur parents regardaient le tedx de Ramin Faranghi ;

Tedx
Tedx

Les petits ont ensuite joué ensemble à des jeux de société et dans le jardin pendant que les grands échangeaient sur les apprentissages autonomes, la démocratie à l’école et l’école parentale.

img_20170204_192000

Ce fut aussi pour nous l’occasion de relever les questions que vous vous posez pour y répondre par de futurs articles. 😉

Après un gôuter partagé, nous sommes rentrés dans nos pénates nourris par tous ces échanges et pour certains, prêts à poursuivre l’aventure dans la réunion de travail.

Et voilà ! 😉

img_20170204_191939

News

Quoi de neuf?

En Novembre, l’équipe d’EcoLIBRIS a organisé, avec d’autres bénévoles, les Journées des Educations Heureuses. Ce fut l’occasion de rencontrer de nouvelles personnes inspirées par la Transition et aussi de poursuivre notre cheminement.
Les films projetés au Méliès nous ont permis d’approfondir notre connaissance de la pédagogie Freinet, notamment avec C’est d’apprendre qui est sacré.
Nous avons aussi réfléchi avec Geneviève Bouchez Wilson sur les cercles de parole d’enfants et comment les accompagner vers le débat respectueux. Une question approfondie avec les conférences et cercles de contes inspirés de Suzy PLATIEL.
4 de nos membres ont suivi une journée de formation à la méthode GORDON pour mieux gérer nos conflits en fonction de la personne qui le porte.
Dulcinéa a aussi pu expérimenter une animation qu’elle proposera bientôt à nos adhérents : le jeu des chacals et des girafes, qui a rencontré un franc succès.
4-manieres

Quinze jours plus tard, nous étions présents au salon Tatoujuste. Ce fut un super moment de partager toutes ces ondes positives L’occasion d’animer une belle table ronde et d’être interviewé par deux journalistes ! ! Nous proposions aux visiteurs de déposer un souhait pour l’école du futur sur notre arbre et celui-ci s’est bien rempli !
img_20161126_163955

Récits : Tout s’accélère et découvertes de la Croisée des chemins…

IMG_20160521_135225Le Lundi 9 Mai, l’équipe d’EcoLIBRIS a animé un ciné-échanges au Méliès Saint François après la projection de Tout s’accélère. Après un échange saccadé mais intense avec le réalisateur Gilles VERNET, les 50 personnes présentes nous ont posé leurs questions sur notre projet. L’idée des apprentissages autonomes et informels suscita de la surprise avant de convaincre, la question du coût fut aussi abordée et nous en avons profité pour rappeler l’existence de l’appel pour des écoles différentes, même dans le public.La soirée fut si agréable que nous recommençons le 30, pour la dernière du film DEMAIN. Nous espérons vous y voir ! ;-)Le samedi 14 Mai, toute une petite troupe s’est déplacée jusqu’à Dijon pour rencontrer l’équipe de la Croisée des Chemins… Ce fut une journée très nourrissante, au propre comme au figuré 😉 surtout par la zénitude, l’assertivité de l’équipe…La rencontre commença, à la demande de Fleur, par une présentation de la trentaine de présents, qui devaient, en outre, partager leur meilleur souvenir d’enfance. Si certains ont esquivé, les réponses furent joyeuses et émouvantes… Elles ramenaient toutes à 3 grands axes :- vivre la liberté- jouer avec les autres- vivre avec la nature.Chaque souvenir combinait un ou plusieurs de ses axes si bien que je me suis dit que le bonheur enfantin tient là dedans (et peut être pas que lui??). AUCUN souvenir ne parlait d’école ! Aucun non plus ne durait…Alors, notre projet prend tout son sens… Créer un lieu où les enfants peuvent vivre ensemble, jouer ensemble dans la liberté et la nature… Pour qu’ils soient heureux, le plus souvent/longtemps possible ! Vraiment, nous avons « pensé le rêve !  » et Fleur a bien su nous dire que nous savions déjà ce qu’était la base d’une école démocratique… ;-)Un autre moment qui m’a touché : à quelqu’un qui demandait « comment arrivez-vous à suivre ce qui intéresse les élèves? », Fleur a répondu »On vit, on parle les uns avec les autres donc on sait ce qui intéresse chacun »…Tout simplement !Une photo souvenir de ce moment ressource ! Prise par une photographe d’1m14 😉20160514_153606Oui, oui, il y a un trampoline devant l’école de la croisée des chemins… Et Monsieur patate adore y sauter ;-)prochains RDV : nos rencontres publiques venez nombreux !

World café : retour de notre première rencontre

ampouleLe 23 janvier marque donc l’éclosion d’EcoLIBRIS ou la première échographie d’un projet qui mûrissait depuis longtemps, sous terre.Nous nous retrouvâmes donc environ 40 adultes et 7 enfants-bébés dans le très accueillant cadre de l’institut Chantespoir. Les participants étaient parfois venus de loin (Lyon, Annonay, Montbrison) et avec des motivations très variées, allant de la curiosité à un besoin vif de concrétisation pour participer au World café.Les échanges autour de nos 5 thèmes furent passionnants. Voici par exemple, un résumé organisé des échanges à la table contributions

« L’ensemble des groupes a mis en avant la nécessité d’un texte, d’une charte délimitant le cadre dans lequel les contributions sont souhaitables/acceptables, un socle commun de valeurs qui pourra aussi servir de référent au conseil de justice. Nous nous sommes posés la question de savoir s’il faudra parfois dire non, si toutes les contributions sont bonnes. Par exemple, si Total nous proposait de l’argent, accepterions-nous ? Ce texte servira aussi de ciment pour assurer l’unité de notre communauté et de vitrine pour l’extérieur.

Par ailleurs, les contributions peuvent aller dans 2 directions, vers l’intérieur pour faire vivre l’école et vers l’extérieur pour la faire connaître, il faudra alors bien cibler le public. Elles rejoignent donc « créons du lien » et l’idée de créer un répertoire de personnes ressources par compétences a été évoqué plusieurs fois. Celui-ci a été initié avec les personnes présentes.

La nécessité que chacun se demande à lui-même ce qu’il est capable de faire, ce qu’il a envie de faire et de combien de temps il dispose est primordial : tout commence par l’écoute et le respect de soi et de ses propres besoins et limites. La question des contributions des enfants a aussi été brièvement évoquée, elle pourrait être approfondie.

Bien sûr, les finances ont occupé une bonne part de nos discussions. Comment réduire le coût ? Mécénat, dons et récupérations, crowfunding ont naturellement été évoqué mais sans piste précise. La possibilité d’utiliser les locaux hors temps scolaire pour gagner de l’argent est aussi une idée à creuser le moment venu…

L’idée la plus développée est celle du bénévolat, et notamment d’une équivalence temps argent en terme de frais de scolarité pour les familles. Ce bénévolat devra pouvoir être nourrissant pour le bénévole afin d’éviter l’épuisement. Il devra aussi être régulé/organisé par un comité technique mais sans créer de dépendance : chaque bénévole devrait pouvoir trouver ce qu’il peut faire de façon autonome, par exemple grâce à un fichier des taches à accomplir, avec des pas-à pas clairs, ou un tableau sur le même modèle. Il faudra donc lister les besoins et établir des procédures. La présence de membres permanents apparaît souvent comme rassurant.. Le modèle de la crèche parentale est un exemple de cadre à étudier.

La multiplicité des contributions pose aussi question en terme de gestion des personnes : la bienveillance et la critique constructive ne sont pas évidentes pour tout le monde, le climat de confiance et la gestion des conflits devront s’instaurer, le bénévolat est perçu comme fatigant… là aussi, le cadre aura besoin d’être ferme et sécure… Des systèmes de certifications pourraient être imaginés.

La question de l’organisation statutaire a été évoquée ; il faudra être inventif pour permettre là aussi la démocratie et répartir/faire tourner les responsabilités. Penser une organisation collégiale ? Permettre la démocratie directe avec des outils originaux ?

Enfin, a été soumise l’idée de faire appel aux différentes universités pour économiser, par exemple pour un avis consultatif sur la légalité de nos statuts ou pour faire faire une étude de marché ou pour construire des supports de communication. « 

Les nappes se sont personnalisées au fil des échanges et certaines méritent d’être admirées.

L’ensemble des idées récoltées lors de ce world café a été synthétisé sur Une carte mentale . Nous y indiquons aussi leur degré de concrétisations.

Enfin, des objectifs ont été fixés et saisis par quelques personnes :

  • Le pôle Créons du lien a décidé d’organiser une réunion hebdomadaire pour communiquer sur EcoLIBRIS, une école démocratique à Saint Étienne. Émeline, Geoffrey, Patrick ont débuté le jeudi 4 février de 18h à 20h, et seront présents tous les jeudis  au remue-méninge, 59 rue Désiré Claude, 42100 SAINT ÉTIENNE.
  • Le pôle Environnements se charge de trouver des propositions de  lieux  de 80/100m2 à Saint Étienne et d’établir un budget. Julie, Loïc, Clara, Olivier, Nicole, Christine se sont répartis les contacts à établir et travaillent à distance.
  • Le pôle Contributions se charge de construire des supports présentant notre projet et notre philosophie, il a déjà produit la fleur nuage d’idées que vous avez peut-être croisé et travaille actuellement à la création d’un parcours personnalisé et interactif de notre philosophie. Le pôle Contributions expérimente aussi des méthodes alternatives de décision et élabore une proposition de statuts associatifs. Dulcinéa, Béatrice et Florence se réunissent toutes les 2 semaines au remue-méninges.

Ces différents groupes feront donc des propositions susceptibles d’être améliorées et adoptées lors de l’assemblée plénière du 13 mars.

Aux origines

Comment est né le projet ?

Je suis Dulcinéa et mon chemin vers les alternatives éducatives a commencé quand ma fille aînée a montré des signes de malaise à l’école… En 2007 ! Ancienne bonne élève devenue enseignante, je n’avais jamais questionné ce système mais le mal-être de ma puce âgée alors de 5 ans était trop grand… j’ai commencé à rêver d’une autre école et découvert à titre personnel les pédagogies alternatives. Après la naissance de ma seconde, l’envie de trouver/créer une école différente est revenue encore plus forte, mais je me sentais bien seule et impuissante. Découvrir la philosophie des Colibris (faire sa part, tous ensemble) m’a permis de trouver le courage de me lancer et j’ai profité d’une immobilisation forcée pour mettre en place les moyens de créer un réseau… Ce fut le groupe S’élever autrement Loire sud en mars 2014 qui provoqua la co-organisation d’une soirée transition au remue-méninges et la rencontre avec quelques personnes motivées (dont Émeline et Julie) pour faire vivre les Journées des Éducations Heureuses en Novembre de la même année. Quel plaisir de voir que tout est possible !
En novembre 2014, nous organisions les journées des éducations heureuses. Nous constations le manque en matière de renouveau éducatif à Saint Étienne. Quelque jours après, lors du forum ouvert « la transition, on passe à l’acte », nous rencontrions des personnes désireuses de contribuer à faire émerger une école alternative parentale. Des rencontres ont eu lieu courant 2015 mais il manquait de réels porteurs de projet et il s’avérait compliqué de concilier la nécessité de proposer des cours aux enfants avec une organisation basée sur le bénévolat. De plus, cette nécessité me semblait de moins en moins évidente. La vision du film Être et devenir m’a fait franchir le cap de la confiance dans les apprentissages autonomes. Ma fille cadette n’irait pas en CP ! On pratiquera les apprentissages autonomes à la maison en attendant…

Quand Émeline m’a annoncé vouloir rejoindre ce projet, à l’été 2015, enfin, je me suis dit qu’il allait vivre d’autant plus que le cercle des éducations heureuses  avait réuni chaque mois les acteurs locaux et rassemblé plus de 200 contacts en un an.

La découverte de l’école du 3eme type puis des écoles démocratiques nous a permis de boucler notre vision d’une école des apprentissages autonomes mettant tous ses membres à égalité. Nous nous sommes lancés pour le coming out du world café du 22 Janvier 2016 !
Peu à peu, d’autres membres du cercle des Educations Heureuses ou des acteurs locaux du renouveau éducatif nous ont rejoints. Certains sont aussi partis mais maintenant, le navire vogue ! 😉

Vous aussi, vous nous avez rejoint pour faire naître EcoLIBRIS. Racontez nous votre chemin en commentaire, nous le rajouterons ici : les petits ruisseaux font les grandes rivières ! 😉